La maison, son histoire

La maison, son histoire

L’histoire de cet hôtel particulier, au centre ville de Colmar, c’est un peu l’histoire d’Elyanefaçade de la maison K., née Schwartz.

Un de ses oncles, Charles Trimbach, industriel dans les Vosges, a une rue à son nom à Saint Dié des Vosges (88). Un autre oncle, Emile Trimbach a hébergé Hansi pendant la guerre.

.

portait 1Le papa d’Elyane, Georges Schwartz était médecin chef, fondateur et directeur du nouvel hôpital Pasteur, inauguré en 1937. Il prit sa retraite en 1947. 

voir le docteur Schwartz

Les parents d’Elyane, Alice Trimbach et Georges Schwartz, se marierent en 1921 à Saint Dié (88).

Ils décidèrent d’acquérir un terrain rue Camille Schlumberger à Colmar pour y faire construire une maison.

Villa Elyane terrain debut du siècle 2

Ils firent appel à l’architecte Riegert qui a également construit d’autres maisons dans le quartier.

villa plan de l'architecte

En novembre 1925, ils quittèrent leur domicile Avenue Joffre et entrèrent dans leur nouvelle maison.  Elyane était alors encore “dans le ventre de sa mère” et naquit  en 1926 ;  elle sera leur unique enfant.

Après leur mariage en 1960, Elyane et son époux Paul occupèrent le petit appartement (ancien cabinet médical du Docteur Schwartz) où se situent aujourd’hui les chambres d’hôtes 1 et 2.

Le couple occupa ensuite la maison dès 1970, au décès du docteur Schwartz survenu à l’âge de 92 ans.

Après avoir vécu à Strasbourg, Elyane est décédée en 2013, à l’âge de 85 ans.

Nous espérons que notre B&B  Villa Elyane et ses 5 chambres d’hôtes de charme,  à deux pas de la gare et de la route des vins, vous apportera luxe, calme et volupté durant votre séjour en Alsace.

 La maison   Les chambres

Oncle Hansi

Jacques Grüber

Jules Cayette

Victor Huen

Quartier sud Colmar

Source : “Colmar d’Antan” 2012 – aux éditions Hervé Chopin -Paris

Docteur Schwartz

Docteur Schwartz

Le papa d’Elyane s’appelle Georges Schwartz (1878-1970) et était médecin chef et directeur de l’hôpital Pasteur de Colmar.plaques 23 recadrée

Fils de Valentin Schwartz et de Marie Tausend, Georges Schwartz nait à Mulhouse le 4 février 1878. Il est le 2ème fils d’une famille de 6 garçons.

Après des études secondaires à Mulhouse, il étudie la médecine à Strasbourg et Berlin.

Sa thèse de médecine en poche en 1900, à l’âge de 22 ans, il travaille à l’hôpital de Strasbourg puis à Sarreguemines.

Il s’intéresse particulièrement à la Cardiologie et la Phtisiologie (tuberculose),

ce qui explique l’origine des fleurs sculptées sur l’escalier de la Villa Elyane.

Il est nommé directeur de l’Hôpital Civil de Colmar en 1908. Les bâtiments étant devenus au fil du temps trop petits et obsolètes, il est un fervent défenseur de la construction d’un nouvel hôpital plus moderne en banlieue ouest de Colmar. Il défendra ce projet avec Joseph Duhamel (1873-1954) , médecin et administrateur. De nombreux documents (correspondances, rapports…) en témoignent.

En 1921, il se marie avec Alice Trimbach, fille de Charles Trimbach, industriel (à Sainte Marie aux Mines et Saint Dié), et d’Adèle Lacour.

Ils ont une fille unique ELYANE, née en 1926.

En 1937, l’hôpital Pasteur est inauguré et il en devient le médecin chef du service de médecine et le directeur. L’école d’infirmières de la Croix Rouge qu’il avait créée, intègre l’hôpital cette année là.

Médecin consultant et médecin expert, il exerce aussi à son cabinet à domicile (Aujourd’hui les chambres n°1 et n°2 de la Villa Elyane)

plan rdc room 1

plan rdc room 2

En octobre 1940, il est destitué par les allemands de ses fonctions de directeur mais gardera celles de chef de service.

Le 13 décembre 1944, il est arrêté par la police allemande dans sa résidence secondaire de Trois Epis. La Gestapo avait trouvé un drapeau tricolore lors d’une perquisition à son domicile principal au 26 A, rue Camille Schlumberger à Colmar (Aujourd’hui Villa Elyane).

Emprisonné à Fribourg (Allemagne), il devait aller au camp de Dachau lorsqu’il tomba malade à Leonberg où ils sera hospitalisé.

voir le camp du Leonberg

Libéré par l’armée française, il rentre à Colmar le 23 avril 1945.

Georges Schwartz portait

Il prend sa retraite de directeur le 2 mai 1945 et celle de chef de service le 1er novembre 1947.

Il décède à Colmar le 9 février 1970 à l’âge de 92 ans.

  • Chevalier de la Légion d’Honneur en avril 1928
  • Officier de l’Ordre de la Santé Publique en juillet 1947
  • Officier de la Légion d’Honneur en août 1948

Source : Mémoires Hospitalières par Henri Fleck (BNU de Strasbourg)

Société d’Histoire des hôpitaux civils de Colmar
Hôpital Louis Pasteur, bat. 30, 1er étage
39, avenue de la Liberté
68000 Colmar
Tél. : 03 89 80 33 27

http://alsace.revues.org/930

BNU Strasbourg

Georges Schwartz et l'hopital Pasteur page 2Georges Schwartz et l'hopital Pasteur page 3Georges Schwartz et l'hopital Pasteur page 4Georges Schwartz - ordonnance

Oncle Hansi

Oncle Hansi

 

Jean Jacques Waltz dit HANSI

Colmar le 23 février 1873 – Colmar le 10 juin 1951 (78 ans)

Peintre, dessinateur et caricaturiste, Hansi ou l”oncle Hansi est devenu un symbole de la résistance des Alsaciens contre les Allemands qui avaient annexé l´Alsace en 1871.

Hansi, était camarade de classe de Victor Huen  tout comme le docteur Fleurent.

Hansi, Huen et quelques autres formaient un  petit groupe  restreint d’amis constitués d’artistes et de médecins dont le père d’Elyane, le docteur Schwartz.

Ils venaient souvent à la maison, aujourd’hui Villa Elyane.

Hansi et Victor Huen  ont réalisés ensemble des ouvrages, disponibles dans le commerce.

 

http://www.colmar.fr/decouvrir-colmar/ville-art-histoire/colmariens-celebres.html

 

Une anecdote au sujet d’Hansi et notre maison :

La maman d’Elyane s’appelait Alice Trimbach avait des frères dont certains avaient fait le front populaire en 1936. Un oncle a du se réfugier pendant la guerre à Pully (Lausanne) en Suisse, un certain Emile Trimbach…

Un jour, il reçoit un coup de fil, on lui envoie  HANSI.aquarelle Hansi Mme M  Trimbach

Le 14 décembre 1942, HANSI frappe à la porte avenue de Chamberland (aujourd’hui devenue avenue du Général Guisan)

Il est hébergé par Emile Trimbach et sa femme, l’oncle et la tante d’Elyane Kaltenbach.

Il restera quelques semaines et sera ensuite hébergé dans une pension de jeune fille anglaise

Il témoignera à la famille Trimbach beaucoup d’affection et de reconnaissance à travers une riche correspondance notamment des cartes de vœux.

http://hansi.chez.com/madametrimbach.htm

http://salem.blog.24heures.ch/archive/2011/03/19/hansi-un-imagier-alsacien-a-lausanne.html

 

 

Une autre anecdote :

Au Rez-de-chaussée à Lausanne, habitaient des Thailandais…

On s’aperçut quelques années plus tard que c’était le jeune roi Bhumidol de Thailande lui aussi en exil qui habitait là, avant de séjourner par la suite à la Villa Sadhana à Pully (Suisse)

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/68ed093e-0c87-11e1-8cca-21b7de73525d/La_jeunesse_suisse_du_roi_Bhumibol_de_Tha%C3%AFlande

A lire : Un roi en Suisse, éditions Pierre-Marcel Favre

 

Musée Hansi :

Rue Voltaire BP 35

68340 RIQUEWIHR

Téléphone : 03 89 49 09 10

Yannick Scheibling, Directeur

 

Victor Huen

Victor Huen

Victor Huen (1874-1939)

C’est un peintre Alsacien connu pour ses fresques à la gloire de Napoléon.

L’anecdote :

Victor Huen,  ami de la famille Schwartz et de Hansi, il venait manger à la maison.

Il habitait juste à côté au n°2 Jura strasse aujourd’hui  2, rue de Castelnau.

Pour réaliser ses célèbres peintures napoléoniennes il allait voir les chevaux chez un transporteur de Colmar.

Sa maison était triste et faisait peur à Elyane.

Avant la guerre, vers les années 1936, il est allé à Nancy.

Pendant la guerre, la maison de retraite a été évacuée. Victor Huen, dépressif, l’a mal vécu et se suicide en 1939 (Sa sœur s’est aussi suicidée) à Nancy.

 

Le père de Victor Huen, a participé à la construction du château d’eau rue Raymond Poincarré à Colmar près de la cour d’appel , en tant que directeur de travaux avec Henri  Gruner, ingénieur.

Ce dernier a été inauguré en 1886 par le maire, un certain Camille Schlumberger. Il est désaffecté depuis 1984. Il est visible à quelques pas de nos chambres d’hôtes.