La maison, son histoire

La maison, son histoire

L’histoire de cet hôtel particulier, au centre ville de Colmar, c’est un peu l’histoire d’Elyanefaçade de la maison K., née Schwartz.

Un de ses oncles, Charles Trimbach, industriel dans les Vosges, a une rue à son nom à Saint Dié des Vosges (88). Un autre oncle, Emile Trimbach a hébergé Hansi pendant la guerre.

.

portait 1Le papa d’Elyane, Georges Schwartz était médecin chef, fondateur et directeur du nouvel hôpital Pasteur, inauguré en 1937. Il prit sa retraite en 1947. 

voir le docteur Schwartz

Les parents d’Elyane, Alice Trimbach et Georges Schwartz, se marierent en 1921 à Saint Dié (88).

Ils décidèrent d’acquérir un terrain rue Camille Schlumberger à Colmar pour y faire construire une maison.

Villa Elyane terrain debut du siècle 2

Ils firent appel à l’architecte Riegert qui a également construit d’autres maisons dans le quartier.

villa plan de l'architecte

En novembre 1925, ils quittèrent leur domicile Avenue Joffre et entrèrent dans leur nouvelle maison.  Elyane était alors encore “dans le ventre de sa mère” et naquit  en 1926 ;  elle sera leur unique enfant.

Après leur mariage en 1960, Elyane et son époux Paul occupèrent le petit appartement (ancien cabinet médical du Docteur Schwartz) où se situent aujourd’hui les chambres d’hôtes 1 et 2.

Le couple occupa ensuite la maison dès 1970, au décès du docteur Schwartz survenu à l’âge de 92 ans.

Après avoir vécu à Strasbourg, Elyane est décédée en 2013, à l’âge de 85 ans.

Nous espérons que notre B&B  Villa Elyane et ses 5 chambres d’hôtes de charme,  à deux pas de la gare et de la route des vins, vous apportera luxe, calme et volupté durant votre séjour en Alsace.

 La maison   Les chambres

Oncle Hansi

Jacques Grüber

Jules Cayette

Victor Huen

Quartier sud Colmar

Source : “Colmar d’Antan” 2012 – aux éditions Hervé Chopin -Paris

Jacques Grüber

Jacques Grüber

Jacques Grüber : Sundhouse (67) 25 janvier 1870 – Paris 15 décembre 1936

Artiste de l’école de Nancy et de renommée nationale

 

Jacques Grüber a conçu des meubles, vases et céramiques ainsi que des vitraux de la villa Majorelle construite en 1901 à Nancy.

On en  retrouve jusqu’au musée de la Piscine à Roubaix.

Deux  fenêtres de la salle à manger  et une porte sont ornés de ses vitraux.

 

 

La baie vitrée surplombant l’escalier de notre chambre d’hôtes Villa Elyane était à l’origine un paysage des vosges que Grüber affectionnait tant.

Jugé trop sombre, il fut démonté et revendu. Il a été remplacé par un paysage plus clair.

Cependant, pendant la seconde guerre mondiale, une bombe tomba dans la rue voisine et le vitrail fut endommagé. il a été remplacé par de simples verres sur les côtés.

 

http://www.latribunedelart.com/jacques-gruber-et-l-art-nouveau-un-parcours-decoratif-article003286.html

Aller à la villa Elyane, 5 chambres d’hôtes de charme

Jules Cayette

Jules Cayette

Jules Cayette (1882-1953)

fut élève de Messieurs Gruber (1870-1936), Vallin et Prouvé. Il est connu notamment pour sa jardinière “Les sauterelles” en grès de Rambervilliers avec laquelle il gagna le 1er prix d’un concours mais surtout la reconnaissance de son admirable travail.

Vraisemblablement parce ce qu’il était Lorrain comme la propriétaire Alice Trimbach, il fut appelé pour réaliser la plupart des  boiseries de la maison.

La pièce maîtresse est l’escalier central décoré de deux sortes de fleurs : La Digitale et la Belladone. Le docteur Schwartz, chef de service à l’Hôpital Pasteur de Colmar et spécialiste du coeur, en connaissait les vertus thérapeutiques et les affectionnait particulièrement.

Les poignées en laiton en forme d’épi de blé sont caractériques de son art.

Enfin, les boiseries, la cheminée sont passées sous les ciseaux à bois de cet artiste de l’Ecole de Nancy.

Si vous êtes interessé par Jules Cayette, programmez une visite de Nancy et notamment la Villa des pins, l’Est Républicain,  l’Hotel Elbel, la pharmacie Fandre, la maison Bertrand devenue Goethe institut.

N’oubliez pas de vous rendre au musée de l’Ecole de Nancy et à la villa Majorelle de Louis Majorelle (1859-1926).

Vous retrouverez les motifs de belladone sur le comptoir du musée (ancien comptoir de la pharmacie Fandre de Nancy)

 

Bibliographie : “Jules Cayette, créateur d’art à Nancy” par Etienne Martin – Editions Serpenoise.